Visas Schengen – Nouvelles restrictions du nouveau code pour la mobilité des pays africains !

La délivrance des visas constitue désormais un élément essentiel de la politique migratoire des États membres de l’UE. Elle leur permet de sélectionner les personnes étrangères que l’UE veut attirer (touristes, travailleur très qualifié) et d’écarter celles et ceux qu’ils désignent comme une « menace migratoire », explique la CIMADE.

Si un citoyen français peut se rendre dans 124 pays sans effectuer aucune démarche consulaire, un Afghan est seulement exempté de l’obligation de visas que pour 30 pays, explique l’association. Dès lors, la politique des visas Schengen constitue le premier obstacle auxquels doivent faire face celles et ceux qui souhaitent se rendre en Europe.

La Cimade annonce qu’avec ce nouveau code, chaque État non-européen sera évalué sur son degré de coopération en matière de réadmission. Le résultat de cette évaluation permettra d’adopter une décision de facilitation de visa pour les « bon élèves » ou à l’inverse, d’imposer des mesures de restrictions de visas aux « mauvais élèves ».

Avec cette réforme, le prix de principe du visa a connu une légère augmentation : un visa se paiera désormais 80 euros pour un adulte (contre 60 jusqu’à présent) et 40 euros pour un enfant âgé de 6 à 12 ans (contre 35 actuellement). Ce coût peut atteindre 160 euros si l’Etat d’origine est particulièrement peu coopératif ou, à l’inverse, être rabaissé à 60 euros pour les ressortissants d’un État coopérant, souligne–t-on.

Source : Bladi.net

Posted by

Makhtar Gueye

Administrateur et gestionnaire chez AGENCE DE VOYAGE GOORYALLA

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez !
Une Question ?
Posez nous vos questions sur Whatsapp !
Powered by